Thomas Pesquet fait du sport dans l’espace 2h30 par jour

thomas pesquet fait du tapis de course dans l'ISS

Vélo d’appartement, tapis de course et « monstre qui entraîne tous les muscles du corps » : l’astronaute Thomas Pesquet, qui s’apprête à redescendre sur Terre (1er juin 2017), nous emmène à la découverte d’une salle de musculation pas comme les autres. – Source: www.lequipe.fr

La salle de sport en apesanteur de Thomas Pesquet

Le spationaute Thomas Pesquet émeut la France depuis 6 mois avec ses photos de la Terre vue de l’espace qui nous rappellent à quel point notre planète est belle et fragile. La poésie de ses publications ne doit pas nous faire oublier tout le travail effectué dans la station spatiale internationale au profit de la recherche d’une part mais aussi pour maintenir son corps en forme !

Thomas Pesquet : sport en apesanteur

Comme quoi, que l’on soit soumis à l’apesanteur ou non, l’entraînement est indispensable pour préserver son système cardio-vasculaire et ses muscles dans un état sain !

Pourquoi s’entraîner même dans l’espace ?

Imaginez-vous que malgré la densité de ses journées, Thomas Pesquet doit s’entraîner 2h30 par jour pour contrer les effets de la gravité. En effet, sur Terre, avec l’attraction terrestre, le cœur doit pomper le sang pour lui permettre de circuler dans tout le corps. Dans l’espace, le cœur n’a plus besoin d’effectuer ce travail. De la même manière, notre poids qui résulte des forces d’attraction de la Terre a un impact sur le travail des muscles et des os qui à l’inverse ne travaillent plus non plus en apesanteur. Qui dit absence de travail dit affaiblissement !  Dans ce contexte, le sport permet de maintenir la santé de fonctionnement des muscles dont le cœur fait partie. Ce qui est valable dans l’espace parce que visible beaucoup plus rapidement l’est aussi sur Terre même si les effets sont plus insidieux.

thomas pesquet sportif de l'espace

Nous vous souhaitons de trouver l’envie et l’énergie de vous dépasser que Thomas Pesquet a su nous communiquer pendant tous ces mois et nous lui souhaitons surtout un retour sur Terre aussi doux que possible. La réappropriation de son corps sous gravité demandera une fois encore un peu de travail mais il y arrivera ! Il pourra également retrouver les sports qu’il affectionne tant (rugby, judo, running) qui font le charme de notre belle planète.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *